Gérer notre colère de parent

On a tous envie d’être un parent à l’écoute de son enfant, et de l’accompagner dans la douceur et la joie… Mais parfois, pour une broutille, on sort de nos gonds, on crie, ou on a un geste violent ! Ça arrive.


1ère chose : la colère n’est pas malsaine, c’est une émotion comme une autre. Elle nous indique que quelque chose ne va pas, que l’on n’est pas aligné. Elle est souvent assimilée à la violence, et c’est ça que l’on veut éviter. Dire à son enfant que son comportement nous met en colère, c’est très différent que de crier sa colère sur son enfant !


2ème chose : les enfants apprennent par imitation. Alors pourquoi ne pas leur montrer un modèle de gestion de colère qui ne vire pas à la violence ! Quand on sent la colère arriver, on la nomme, on parle en JE (ce que je ressens), pour que ce soit constructif, et on peut leur montrer quoi en faire (exemple + bas)


3ème chose : les comportements de nos enfants viennent souvent raviver notre mémoire traumatique. Tu t’es mise en colère, travaille dessus et essaie de noter ce qui s’est passé pour toi, ce qui a fait monter ta colère : un mot, un ton de voix, un évènement en particulier ? Comment réagissaient tes parents, dans cette situation ? Comment s’est passée ta semaine, comment est ton niveau d’énergie, de stress, de frustrations, ton humeur ? Est-ce que tu as du temps pour toi en ce moment ? Est-ce que ton réservoir affectif est suffisamment rempli pour prendre soin de tes enfants dans le calme ?


4ème chose : être un parent empathique, ce n’est pas rester de marbre, ni ravaler sa colère et ses besoins ! C’est plutôt être AUTHENTIQUE, et montrer à ses enfants comment se respecter avec ses limites et ses besoins, en communiquant pour trouver un moyen pour que chacun se sente bien. Le mieux, c’est d’anticiper et d’apprendre à reconnaître les signes pour ne pas péter un câble. Mais si ça arrive, pense à t’excuser et à réparer la relation avec ton enfant !


Changeons de regard sur l’enfant, ne prenons pas contre nous les comportements qui nous semblent inadaptés, mais accompagnons-les, devenons des parents jardiniers !

Quelques astuces pour évacuer la colère ou s’apaiser : taper des pieds, taper ou crier dans un coussin, crier dans la nature, écrire, respirer, danser , boire un verre (d’eau !), faire un câlin, appeler @sosparentalité, regarder des photos de son enfant bébé pour sécréter un peu d’ocytocine, courir ou marcher, écouter de la musique qui apaise ou qui fait pleurer, parler à voix haute, seule ou à une oreille attentive et bienveillante, sortir de la maison et demander à un autre adulte de prendre le relais quelques minutes ou quelques heures…

Bien sûr, tout ça n’est possible que si on sent la colère monter avant !

Autre chose ? Merci pour tes partages en commentaires, ça aidera d’autres parents !


Et surtout, devenons bienveillantes et indulgentes avec nous-mêmes, comme on le serait avec une amie.

Tu es sur le chemin d’une parentalité bienveillante, consciente ; regarde le chemin déjà parcouru ! Continue !

Et toi, qu’est ce qui t’apaise ?


****

Tu te sens dépassée, tu ressens le besoin de te faire accompagner sur ton chemin de parent ? Je me déplace dans la région lyonnaise, et partout dans le monde, en visio ! :)

2 vues0 commentaire